Réactions de Mumia au rejet de la Cour Suprême (6 avril 2009)

Publié le

ENTRETIEN TELEPHONIQUE DE NOELLE HANRAHAN, animatrice de Prison Radio, AVEC MUMIA ABU-JAMAL SUR LA REACTION DE CE DERNIER AU REJET DE SON RECOURS CERTIORARI LE PRIVANT D'UN NOUVEAU  PROCES

N.H./ Prison Radio : Mumia , quelle est ta réaction ?
 
MAJ  : Tout ce que je sais, tu sais, c'est ce que m'a dit Christina (Christina Swarns de la NAACP Defence Fund fait partie de son équipe légale .NDT ). Alors il n'y a rien à voir. Il n'y a rien à lire. Il n'y a pas  d'ordonnance, simplement mon nom sur une liste de "Certiorari" rejetés.
 
N.H. : C'est bien le cas.
 
MAJ : Donc nous ne savons rien. Et tu sais, si c'est de la décision  Batson qu'il s'agit, alors c'est la preuve que les précedents juridiques ne veulent rien dire, que la loi c'est la politique par d'autres moyens et que la constitution ne signifie rien. Qu'un jury équitable ne veut rien dire.
 
N.H. : Tu as dit, quand nous en avons parlé la première fois, quelque chose comme : c'est un autre jour et combien de jours ?
 
MAJ : Un autre jour ?  Trois décennies.
 
N.H. : A quel moment as-tu cessé d'etre surpris ?
 
MAJ : Quand j'ai comparu devant le Juge Sabo avant mon procès et qu'il a rejeté ma motion. C'est alors que j'ai su qu'il ne travaillait pas dans le sens de la constitution. Ca m'avait surpris et réellement choqué parce que j'avais lu les précédents. Je savais ce qu'il en était de la loi. Je savais comment les manuels définissaient cette loi. C'est alors que j'ai appris qu'ils ne pratiquaient pas cette loi-là et de toute évidence ils en font de même aujourd'hui.
Si on lit le cas Batson et on lit mon cas, c'est comme si on se trouve sur deux planètes différentes. C'est cela la vérité. La seule vérité.
 
N.H. : Et ces règles différentes s'appliquent à quelles types de personnes ?
 
MAJ : Eh bien, il y a toujours des règles différentes quand il s'agit de Noirs, tu le sais bien. Ceux qui n'ont jamais lu le cas Batson et s'y mettent seront surpris de constater qu'il n'y est pas question d'accusés, de défendeurs, de la personne jugée. Batson affirme avec ses termes bien à lui qu'il protege les droits de ceux qui sont soi-disant des citoyens américains mais qui sont privés du droit de servir en tant que jurés. C'est ce qui y est affirmé, c'est bien ce qui y est affirmé. Mais, en réalité comment mettre cela en pratique quand, malgré le fait que Batson aie reçu le statut de loi, on cite cette même loi  en la falsifiant, pour justifier l'exclusion des mêmes personnes que la loi était destinée servir ?  Batson peut être  vaincu et anéanti exactement comme le Bureau du Procureur  l'a  enseigné : par le mensonge  et il n' y a qu'à se lever et dire : "Mais non, c'était pas pour des raisons racistes, et ah, nous voulions simplement, cela n'etait pas pour ca, mais ....".  Ecoutez, visionnez la vidéo (il s'agit d'une video pédagogique clandestine produite par le Bureau du Procureur de Philadelphie et qui enseigne aux futurs procureurs comment contourner la Loi Batson en trouvant des raisons autres que racistes pour l'écartement de jurés noirs).
 
(Ici interruption de l'entretien par la Prison de SCI Greene qui avertit par une voix pré enregistrée: " IL VOUS RESTE SOIXANTE SECONDES ")
 
Regardez, écoutez la vidéo et si elle ne trahit pas tout ce que vous devez savoir sur l'exclusion de certains jurés alors nous sommes devenus sourds, muets et aveugles.
 
N.H. : Quelle video?
 
MAJ : La video produite par le Procureur, la vidéo destinée à former les Procureurs, celle de Jack McMahon du Bureau du Procureur de Philadelphie datée de 1986.
Le pouvoir de la verité est définitif.
 
                                                                                  ( Traduction COSIMAPP , 8 Avril 2009 )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article